Premier volet de l’interdiction du travail en famille pour les élus : les députés ont voté pour !

Interdire le travail en famille pour les élus, tel est l’objectif du président Macron dans son projet de loi de moralisation de la vie publique. Il faut dire que l’affaire « Pénelope-gate » a failli couter cher à Macron durant les campagnes électorales.

Le résultat du premier volet n’a pas été toutefois accueilli avec les mêmes enthousiasmes chez les deux chambres.

Oui à majorité, mais sous certaines conditions

Oui, sur ce point la majorité des députés et le nouveau Président sont d’accord. Dans la nuit du mercredi à jeudi, lors de sa prise de parole, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a été très précise et sans réserve. Pour elle, il n’est plus acceptable que cette vieille pratique soit encore d’actualité dans la fonction publique.

D’autres « marcheurs », comme Laetitia Avia, dénoncent cette pratique en rappelant que la mise en application de cette loi répond aux attentes des électeurs et que l’interdiction du travail en famille pour les élus est bel et bien une règle et éthique dans de nombreux États de l’Europe.

Bien que l‘approbation ait été majoritaire, quelques critiques sur la forme radicale du projet de loi émanaient de certains députés du LR.

Évidemment, la réticence était lisible chez les personnalités concernées telles que Richard Ferrand (REM) ou encore l’ex- écologiste François-Michel Lambert.

Si les députés ont voté à majorité, les sénateurs quant à eux n’y étaient pas favorables. Déjà à l’annonce du projet dans les courants de mi-juillet, la Chambre haute a voté non à la réforme.

Toutefois, sous les différentes pressions, les Sénateurs se sont recadrés et ont préféré opter pour la mise en examen du travail en famille pour les élus.

Reste à savoir à quel degré près de parenté est concerné par l’interdiction.

Vous aimerez aussi...