Ouverture d’un nouveau centre à Paris pour régler la crise des migrants

OUVERTURE D’UN CENTRE DE CONCEPTION NOUVELLE POUR RÉSOUDRE LA CRISE DES MIGRANTS À PARIS

migrants

Paris – Osman, demandeur d’asile soudanais de 19 ans, a suivi la route des migrants pendant presque un an. Il a traversé la Lybie, l’Italie et la France avant de rallier un tout nouveau centre ouvert le mois dernier au nord de Paris.

Fût-il arrivé quelques semaines plus tôt, il se serait retrouvé dans un camp sordide, comme des dizaines de réfugiés avant lui.

Ce centre de 400 lits, installé dans un vaste entrepôt sur une ancienne zone industrielle, propose un refuge temporaire à Osman et à d’autres pour un maximum de dix jours, jusqu’à ce que le gouvernement leur trouve une solution moins précaire.

« Je suis venu au centre après avoir dormi cinq jours à la belle étoile, près du pont », nous a confié en arabe Osman, qui travaillait autrefois dans les mines d’or du Soudan.

Les autorités françaises vantent les mérites du centre, bâti pour 6 millions et demi d’euros (7 millions de dollars), et veulent en faire un exemple.

Selon un porte-parole de la Mairie de Paris, trente camps de fortune ont été évacués en seulement 18 mois (de juin 2015 à novembre 2016), et les autorités ont fourni des hébergements d’urgence à 22 000 migrants.

Trois semaines après l’ouverture de ce nouveau centre, les autorités affirment que de tels camps ne voient plus le jour.

Plusieurs ONG travaillant avec les migrants s’inquiètent cependant qu’avec sa capacité d’accueil limitée, ce centre ne résolve pas le problème sur le long terme. « Ce qui est proposé est nécessaire. Mais est-ce suffisant ? Je n’en suis pas sûr », a déclaré Pierre Henry, directeur général de France terre d’asile.

Pour l’instant, les autorités affirment que le centre fonctionne correctement et que tout est fait pour héberger rapidement chaque nouveau venu. Comme M. Henry, toutefois, elles espèrent que d’autres centres de ce type naîtront en France. Selon Éric Lejoindre, maire du 18è arrondissement de Paris où est installé le centre, il est « vital de voir surgir des structures comme celle-ci sur l’itinéraire des migrants. »

Au 24 novembre, quelque 1 253 personnes avaient franchi le point d’accueil du centre (une bulle gonflable conçue par un architecte allemand) : des familles, des femmes et des mineurs non accompagnés redirigés vers d’autres hébergements financés par le gouvernement.

Plus de 700 hommes, pour la plupart originaires de l’Érythrée, de la Somalie, du Soudan et de l’Afghanistan, occupent déjà le site, dans des cabanes de bois pouvant accueillir quatre personnes.

Bruno Morel, directeur général de l’ONG Emmaüs Solidarité, gérant le centre, a déclaré : « Nous pensons que le centre procure véritablement un certain bien-être aux migrants ».

[Reuters]

Category: France

Tags: Humanitaire/Paris

 

Vous aimerez aussi...