Passive House conçoit un différenciateur croissant à New York

Par Samuel Benchemoul

Passive House conçoit un différenciateur croissant à New York

À New York, les acheteurs exigeants considèrent de plus en plus les principes de conception de la maison passive comme le principal facteur de différenciation lorsqu’ils évaluent de nouvelles maisons potentielles. Heureusement pour eux, un nombre croissant d’entreprises conçoivent en utilisant les principes de la maison passive.

La méthode de construction Passive House se traduit par des structures qui restent confortables pour les occupants, en hiver comme en été, sans système de chauffage ou de refroidissement actif. Le confort intérieur est assuré par des innovations dans les enveloppes des bâtiments et la distribution d’énergie.

Les autres avantages de la conception de la maison passive comprennent un air frais intérieur amélioré et de haute qualité, une réduction du bruit extérieur dans la maison, des factures de chauffage et de climatisation réduites, une fonction cognitive améliorée et une transmission réduite des maladies.

« En tant que ville, si nous voulons réduire notre empreinte carbone, nous devons donner la priorité à la durabilité », déclare Bill Caleo, co-fondateur de The Brooklyn Home Company (TBHCo). « La conception de la maison passive est modélisée sur le plan énergétique pour créer des espaces de vie confortables et de haute qualité. Surtout après la pandémie, les gens sont de plus en plus curieux des maisons de principe Passive House. L’accent est mis davantage sur l’air frais filtré et sur le fait de rester en bonne santé à l’intérieur.

Cet accent est devenu plus fort étant donné les préoccupations croissantes concernant les polluants émis par les cuisinières à gaz et l’annonce par la Consumer Product Commission des États-Unis d’une éventuelle interdiction des cuisinières à gaz.

TBHCo a été à l’avant-garde de la construction respectueuse de l’environnement, ayant apporté à New York son premier immeuble en copropriété en bois massif, Timber House, ainsi que sa première propriété d’accueil, The Lake House sur Canandalgua. Le plus grand projet de bois de masse à New York, Timber House est construit selon les principes de conception de la maison passive.

Plus récemment, la société a lancé The Butler. Comportant 41 condominiums de luxe respectueux de l’environnement, la conception de la maison passive est le plus grand projet de TBHCo. TBHCo a également développé un certain nombre d’autres conceptions de maisons passives. Ils comprennent 719 6e Avenue, un immeuble en béton de 12 logements; 269-271 14e Street et 328-330 Sackett Street, un couple de maisons de ville du quartier de Carroll Gardens.

Parmi d’autres exemples de projets de maisons passives, il y en a deux de Dattner Architects.

Le premier, 425 Grand Concourse, servant de porte d’entrée au Grand Concourse historique dans le Bronx, la tour de 26 étages est le plus grand bâtiment de maison passive d’Amérique du Nord jamais construit. Le développement à revenus mixtes comprend 277 unités de logements abordables. Il est conçu pour consommer jusqu’à 70 % d’énergie en moins qu’un projet de logement conventionnel.

Vital Brookdale est le premier projet développé dans le cadre du programme Vital Brooklyn de l’État de New York, une initiative visant à améliorer l’accès des résidents à faible revenu du centre de Brooklyn à la santé, au bien-être et au logement. Le nouveau développement de deux bâtiments Passive House comprend 160 unités pour les résidents d’un large éventail de revenus et se trouve dans l’enclave de Brownsville, à côté de l’hôpital Brookdale.

La structure comprend un système solaire photovoltaïque monté sur le toit de 100 kW, un réseau de toitures et de plantations vertes, un éclairage à LED, des robinets d’eau à faible débit et des systèmes mécaniques, une isolation et des fenêtres à haut rendement.

Parmi les résidences unifamiliales, un exemple notable est le 271 Hicks Street de Redbrick Properties, une maison de quatre étages située dans une rue pavée calme de Brooklyn Heights.

Avec 11 projets achevés et 10 autres en cours de développement, l’expérience de Baxt Ungul Architects avec les structures de maisons passives remonte à 2011. Ses projets comprennent la première maison passive certifiée dans un quartier historique de New York, la première maison passive certifiée à Manhattan et dans le nord La première maison passive Plus d’Amérique. Le dernier, une maison de ville à Carroll Gardens, vise une énergie nette zéro.

Avec tant de choses à faire pour les bâtiments basés sur le principe de la maison passive, pourquoi n’y a-t-il pas plus de propriétés de maisons passives en cours de construction ? Certains disent que le facteur prohibitif est le coût.

Dans un rapport du North American Passive House Network intitulé « Is Cost the Barrier to Passive House Performance? » L’auteur Bronwyn Barry a examiné la « réalité des coûts » dans la construction de maisons passives. « Les premiers coûts des projets de maisons passives s’alignent bien avec d’autres programmes de certification de bâtiments écologiques comme LEED », a-t-elle déclaré.

« Il n’y a aucun avantage évident en termes de coûts à utiliser une voie de certification plutôt qu’une autre. La formation et l’expérience des équipes de projet semblent être un déterminant plus important du surcoût que tout autre facteur. »

Laisser un commentaire

13 − 2 =