Syndicat des routiers : un appel à la grève ce lundi 18 septembre

Décidés à se faire entendre, les syndicats n’ont pas hésité à appeler à une grève lundi 18 septembre pour alerter le gouvernement de la précarité de leur situation et pour dénoncer la réforme du travail. Deux syndicats connus pour être modérés à savoir la CFDT et la CFTC ont répondu présents à cette invitation à Paris.

La précarisation de l’emploi au centre des conflits

Vêtus de leurs gilets, ce sont plus d’une centaine de syndicalistes qui se sont manifestés dans la matinée du lundi à Paris. Un autre groupe, composé essentiellement de la CFDT et de la CFTC, a rencontré la ministre du Travail Muriel Pénicaud pour les pourparlers.

Pour la délégation, les choses sont claires et nettes. Soit l’Etat abandonne une bonne fois pour toutes le secteur, soit il promulgue une ordonnance pour la constitution d’une commission nationale sur le suivi des TPE et des PME. Cette décision assurera une préservation totale de toute concurrence déloyale selon le président de la CFTC-Transport, Thierry Douine.

En Rhône-Alpes, les choses se sont plutôt accélérées et des tracts destinés à sensibiliser les citoyens et les professionnels du transport y ont été vus. Même constat dans le sud de la ville de Lyon. Plus d’une cinquantaine de routiers ont tenu à faire savoir ce qu’ils pensent du péage de l’autoroute A7 de l’axe Vienne-Reventin. Cette séance a été suivie bien évidemment d’une distribution de tracts aux passants et automobilistes. Les activistes du Nord, quant à eux, ont procédé à une opération escargot  sur l’axe A1, si pour les manifestants de l’A4, le choix des barrages filtrants était leur stratégie de communication.

Quant aux membres de la CGT et des FO, ils ont opté pour une autre grève  lundi 25 septembre. Malgré la grande différence qui s’observe dans la modalité d’intervention, l’objectif reste le même : remettre en valeur le secteur du transport grâce à des décisions concrètes de la part de l’État.

Vous aimerez aussi...