Création de nouveaux types de centre d’hébergement pour les demandeurs d’asile

Pour mettre à l’œuvre son désir d’améliorer la gestion des migrants de Calais, le gouvernement annonce l’ouverture de deux lieux dotés de dispositifs spécifiques pour accueillir des demandeurs d’asile.

Une réaction plus sociale face à la jungle Calais

Face à la jungle Calais, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a annoncé la création de deux centres d’un genre nouveau à Troisvaux pendant son discours du 31 juillet 2017.

D’ici dix jours, le projet, disait-il, devra être capable d’héberger environ quelques 300 âmes.

Pourtant, le projet suscite déjà des critiques avant même qu’il ne soit mis en application. Force est de constater que le nombre de migrants errant dans la ville de Calais se compte à plus de 600 personnes.

Deux lieux à savoir l’abbaye cistercienne de Belval et la Formule 1 de Bailleul ont été spécialement choisis pour leur capacité respective dans le cadre de ce programme gouvernemental.

D’un genre nouveau, oui, puisque dorénavant, ces lieux deviendront des centres d’accueil et d’examen des situations (CAES).

Le ministre a proposé aux Communes concernées la mise en place de blocs sanitaires mobiles. Sans perdre de temps, la maire, Natacha Bouchart (LR), s’est vivement opposée en stipulant que l’installation de ces blocs va n’engendrer que des squats, pire encore des bidonvilles. Cette élue craint même le pire pour le projet CAES en avançant que les migrants pourront tout simplement refuser vu que leur principal objectif est de passer la manche.

A Grande-Synthe, la nouvelle a été applaudie et on se réjouit déjà à l’idée de voir des centres d’alimentation et des blocs sanitaires installés dans la Commune.

Vous aimerez aussi...