Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné à 4 mois de prison avec sursis

Mardi 8 août, la Cour d’appel d’Aix-en-Provence vient de rendre son verdict : Cédric Herrou est condamné à 4 mois de prison avec sursis pour avoir aidé des migrants. Cet agriculteur et militant  est connu depuis 2015 pour ses actions humanitaires à l’encontre des migrants. Cet arrêt remet en question la loi de décembre 2012 centrée sur l’aide à l’immigration.

En France, aider les migrants est un délit

Pour avoir pris en charge des migrants clandestins, Cédric Herrou a écopé de 4 mois d’emprisonnement avec sursis. L’agriculteur a fait parler de lui et de son association « Roya Citoyenne » depuis 2015 en menant des actions  humanitaires dans le territoire français et italien.

Cédric Herrou a déjà été sujet d’une condamnation en première instance en 2016 avec une amende de 3.000 euros. Déjà à cette époque, en juin 2016, la mise en application de la loi de décembre 2012 a été au cœur des débats.

Ce texte prévoit une immunité pénale aux personnes apportant de l’aide désintéressée aux migrants et à des étrangers en situation illégale. Offre de conseils, de repas, d’un abri ou de soins médicaux, bref tout ce qui relève de la détresse, du respect, de l’intégrité et de la dignité humaine est mentionné dans cette loi.

Une situation qui, aux yeux du parquet d’Aix-en-Provence, n’est pas applicable pour le cas de Cédric Herrou. En effet, pour l’avocat général, cet homme a pris part et de façon directe au détournement de cette loi. Il s’en est servi pour sa cause militante et non selon des principes de détresse.

Loin d’être un cas unique, une multitude d’actions humanitaires pour la prise en charge des migrants ont vu le jour dans quelques-unes des zones cibles. Une situation qui s’est soldée, évidemment, en une dizaine d’opérations policières, d’arrestations ou encore de gardes à vue à l’encontre de ces militants. À voir l’évolution de la situation, le phénomène ne sera pas prêt de s’arrêter là. Il est même devenu une véritable contagion dans l’Hexagone.

Vous aimerez aussi...