Un hommage hautement symbolique d’Emmanuel Macron en mémoire de Brahim Bouarram

Accompagné par la maire de Paris, Anne Hidalgo et Paris Bertrand Delanoë, son prédécesseur, le candidat En Marche! à la présidentielle a rendu hommage à la mémoire de Brahim Bouarram, jeune Marocain victime du racisme.

 

Tué par un groupe de skinheads

Pour rappel, ce jeune marocain a été tué par des militants proches de l’extrême-droite en marge d’un rassemblement politique de Jean-Marie Le Pen. C’était le  1er mai 1995, Brahim Bouarram avait alors été jeté par un groupe de skinheads dans la Seine du haut du pont du Carrousel, à Paris. A cause des forts courants, le jeune épicier s’était alors noyé, une mort qui avait été suivie de nombreuses manifestations contre le racisme partout en France. Ainsi, ce lundi, c’est à la mémoire de ce jeune marocain que le candidat En Marche !, accompagné par Anne Hidalgo et Paris Bertrand, a déposé une gerbe de fleurs et observé une minute de silence. On ne sait pas si tout cela fait parti de la campagne du candidat mais , depuis quelques jours, Emmanuel Macron, favori au second tour de l’élection présidentielle de cette année, a multiplié les gestes symboliques autour de cette question de la mémoire.

 

« N’oubliera  rien » du passé du FN

En effet, l’hommage en mémoire de Brahim Bouarram a été aussi l’occasion pour le candidat En Marche ! de critiquer son adversaire, Marine Le Pen. Il a ainsi affirmé qu’il n’oubliera rien du passé de Front national de Marine Le Pen, dont les « racines extrémistes sont « vivaces ». « Moi, je n’oublierai rien et je me battrai jusqu’à la dernière seconde non seulement contre le projet qu’elle (Marine Le Pen) porte mais contre l’idée qu’elle a de la démocratie et de la République. Ça n’est pas la mienne », disait-il.

On ne sait pas à quel point cette journée du 1er mai 2017 affectera le cours de cette élection présidentielle, mais ce qui est certain, c’est qu’en plein entre-deux-tours, ce geste va surement avoir des impacts sur le choix de ceux qui sont contre le racisme.  

Vous aimerez aussi...