Un énième procès en mépris de classe pour Emmanuel Macron

Dans le cadre de sa campagne présidentielle, l’ex-ministre de l’économie Emmanuel Macron est sujet à de plus en plus de polémique. En effet, suite à ses déclarations sur les difficultés économiques et sociales vécues par les habitants du bassin minier du Nord, il a, une fois de plus, attiré les foudres du FN.

 

Des difficultés réelles

Peu importe ce que pense le Front National, Emmanuel Macron est réaliste sur les difficultés vécus par les habitants de cette zone gravement touchée par le chômage. L’état de déshérence sociale y est présent et représente un réel problème à solutionner. En effet, selon l’Avenir de l’Artois, il aurait affirmé que « l’alcoolisme et le tabagisme se sont peu à peu installés dans le bassin minier ».

Avant d’ajouter qu’il faudrait traiter le problème « en urgence afin de rendre le quotidien de ces personnes meilleur ». Il a aussi précisé que dans le Pas-de-Calais, « l’espérance de vie s’est réduite, elle est de plusieurs années inférieure à la moyenne ».

 

Une autre polémique pour l’ancien ministre

Ainsi, sans le vouloir, Emmanuel Macron a une nouvelle fois donné au FN, dont c’est le territoire, de quoi dénoncer le « mépris social ». D’ailleurs, le jour même, Steeve Briois, le maire d’Hénin-Beaumont, a fait un communiqué dans lequel il dit que selon lui, Emmanuel Macron était venu « dans le Pas-de-Calais comme certains vont au safari, avec pour seul but de revenir avec de belles photos ».

Au député PS des Français de l’étranger Arnaud Leroy de balayer ce jugement en expliquant à L’Express que « On vient dans le Pas-de-Calais justement pour tendre la main aux électeurs du FN, pour leur proposer un contre-modèle ». Il a ensuite ajouté : « Je ne suis pas choqué lorsqu’on met des mots sur des choses réelles », avant de résumer que : « Il est hors de question de venir dans le Pas-de-Calais pour faire croire que tout va bien ».

Vous aimerez aussi...