Trump triche lors de sa première conférence de presse en tant qu’élu

La première conférence de presse de Donald Trump en tant que 45e président des États-Unis s’est déroulée sans encombre. C’est en tout cas ce que laissent paraître les apparences. Mais selon le site américain Politico, ce n’est qu’une tricherie de la part du président.

 

Des chauffeurs de salle payée

Selon toujours le site Politico, le nouveau président américain aurait payé des acteurs pour que ces derniers chauffent la salle durant la conférence de presse. Ils auraient été placés de manière aléatoire dans le public pour applaudir le président lorsque ce dernier lançait des critiques contre certains journalistes participant à la conférence de presse. Pour appuyer ses dires, la plateforme américaine se base sur un fait quelque peu troublant qui s’est passé justement durant l’événement. À la question rhétorique comme quoi Hillary Clinton n’aurait pas été plus sévère que lui avec Poutine, certaines personnes de la salle auraient clamé non.

 

Des critiques, soi-disant approuvés, pour éluder la question

 

Engager des chauffeurs de salle serait une technique pour éluder les questions de la presse sur certains dossiers qui ont fait le buzz durant la campagne de Donald Trump. On parle entre autres des questions de chantage et de piratage dont on soupçonnait l’actuel président. Il en est de même sur ses liens avec Vladimir Poutine et le fameux sextape. Au lieu d’éclaircir d’ailleurs la situation sur ses impôts, Donald Trump a préféré proférer des menaces envers un journal américain, le Buzzfeed, pour la divulgation de ces informations, soi-disant erronée. Tout en qualifiant le journal de poubelle, il a annoncé que Buzzfeed allait payer ses divulgations, et commence déjà à le faire. Le tout se fait sous l’applaudissement, et l’acclamation des chauffeurs de salle.
En tous les cas, cette conférence de presse n’a pas apporté grand éclaircissement sur la situation.

Vous aimerez aussi...