Mesure de sanction de l’ONU à l’encontre de la Corée du Nord

Sanctionnés par l’ONU, quatre navires nord-coréens soupçonnés de transporter du charbon, du fer ou du poisson ne peuvent pas accoster dans les ports du monde entier.

Transport de marchandises interdites

Hugh Griffiths, actuellement coordonnateur des différents experts en charge du dossier nord-coréen, a annoncé que c’est la première fois que l’ONU applique une mesure aussi radicale. La sanction, qui consiste en une interdiction de port, va à l’encontre de quatre navires nord-coréens qui transporteraient des marchandises prohibées par des résolutions de l’ONU.

La nature des marchandises transportées par les navires nord-coréens n’a pas été précisée par son coordonnateur, mais la sanction (interdiction de port à travers le monde) prise à l’issue d’une réunion publique de l’ONU en date du 5 octobre demeure applicable.

Le site internet Marine Traffic identifie les quatre bateaux sanctionnés commeétant Petrel 8(battant pavillon comorien), Hao Fan 6 (pavillon de Saint kitts et Nevis), Tong San 2(pavillon de la Corée du Nord) et le Jie Shun(Pavillon inconnu).

Objectif principal des sanctions à l’encontre de la Corée du Nord

Les programmes d’armement de la Corée du Nord inquiètent au plus haut point l’opinion internationale. En effet, faisant fi des avertissements du conseil de l’ONU par la voix des Etats-Unis d’Amérique, ce pays semble vouloir renforcer à tout prix sa force de frappe nucléaire à travers des essais répétitifs (le dernier en date a eu lieu le 3 septembre).

Des sources diplomatiques affirment que les diplomates nord-coréens ont gardé le silence total durant la deuxième réunion organisée par l’ONU concernant l’application des sanctions visant leurs pays, refusant ainsi toute collaboration.

Pour éviter une dégénération totale de la situation et garantir un monde stable, la négociation semble être la meilleure solution proposée par l’ONU pour résoudre la crise. Indocile, la Corée du Nord refuse toute éventualité d’approche commune obligeant ainsi l’ONU à mettre la pression à travers des sanctions d’ordre économique (l’interdiction d’exporter des produits textiles et la réduction d’approvisionnement en gaz).

Vous aimerez aussi...