La laïcité d’En Marche mise à rude épreuve

Suite à la course à la présidentielle, la France vit actuellement au rythme des courses à la législative. Toutes les cartes sont bonnes pour attirer la sympathie de toutes les régions de la France. Brice Hortefeux en fait les frais.

 

Une accusation portée à tort au parti En Marche

Les électeurs de la droite devraient-ils suivre la tendance des présidentiels ou voter pour les républicains ? C’est la question par laquelle la polémique est partie. En effet, pour appuyer son raisonnement, Brice Hortefeux a utilisé la carte de la laïcité en précisant qu’En marche n’avait pas encore donné son avis sur le port de la burqa dans les espaces publics. Ainsi, voté pour eux serait un euphémisme.

Pire ! Le lapsus que ce dernier a eu en confondant burqa et niqad ou voile intégrale a créé le buzz sur le Net. Un journaliste s’est même permis de le reprendre.

 

On peut accuser le parti du président de tout, mais pas de ne pas être laïque

Rappelons qu’en France, le port du voile intégral dans les espaces publics a été voté en 2007. Jusqu’à présent, aucun programme d’En Marche n’exprime le fait de changer quoi que ce soit dans cette disposition. Invité dans diverses émissions télévisées, Emmanuel Macron a d’ailleurs explicitement exprimé son point de vue sur le sujet. Il est contre les démonstrations religieuses ostentatoires dans tous espaces publics de France. Il relate ses propos par des exemples de laïcité et de civisme, ce qui lui a valu les critiques de quelques journalistes et des experts. Selon la présidente de l’Ile-de-France : « Sur l’autorité, Macron fait preuve soit de naïveté, soit de cynisme. Quand il réduit la burqa à un problème de civilité, il refuse de voir que c’est un problème fondamental d’égalité et de dignité des femmes, lié à l’islamisme radical ».

Vous aimerez aussi...