Arnaud Montebourg caricaturé de « girouettiste » par le livre de Frédéric Charpier

Candidat à la présidentielle en France, Arnaud Montebourg se voit pris entre les plumes acérées du journaliste Fréderic Charpier. Dans un livre intitulé « Arnaud Montebourg, l’homme girouette », il décrit un homme peu faible et visiblement guidé par ses intérêts personnels.

Candidat, comme il l’a souhaité…

« Je lui demande de bien réfléchir à sa décision, de bien considérer les faits, de prendre en compte l’intérêt supérieur du pays, la faiblesse inédite et historique qui est la sienne au regard des Français, d’affronter sa conscience et sa responsabilité et de prendre la bonne décision », ainsi s’exprimait Montebourg à François Hollande pour l’amener à ne pas se représenter aux élections présidentielles. Chose faite, seulement, il est propice de se demander si Arnaud Montebourg est l’homme qu’il faut à Mariane.

Un homme peu fiable

Fréderic Charpier a passé en revue le parcours de l’homme. Depuis son adolescence à l’âge de 15 ans, jusqu’à son entrée dans le monde de la politique française. Mais ce qui semble avoir réellement retenu l’attention des écrits de l’homme, c’est le retournement de veste dont Arnaud Montebourg fit preuve en 2011.

Candidat aux primaires du parti socialiste, son discours sur la démondialisation réussit à rallier assez de monde derrière lui. Des idées de gauche qui lui valent de terminer en troisième position de cette élection. Mais l’homme va décevoir plus tard en prenant le parti de François Hollande lors du deuxième tour. Dans les coulisses, on va jusqu’à se laisser aller à des supputations sur un pacte et la promesse d’un poste dans le prochain gouvernement de Hollande. « Pendant les primaires de 2011, Montebourg a tenu un discours hyperécolo et hypersocial et a pris ensuite un virage à 180 degrés. Il a perdu sa crédibilité en changeant de point de vue, et prouvé qu’il n’était pas fiable », avait laissé entendre Yves Contassot, le leader du parti écologiste.

Vous aimerez aussi...