Teodorin Obiang, le fils du président guinéen, jugé pour détournement de fonds publics

Teodorin Obiang, qui est le fils du président de la Guinée et également vice-président au sein du gouvernement a été traduit en justice dans le cadre de l’affaire des biens mal acquis sur le territoire français par les proches des dirigeants Africains.

 

Premier procès dans l’affaire des biens mal acquis

La grande enquête, qui a été lancée par rapport aux patrimoines mal acquis, cible les familles d’un bon nombre de présidents Africains tels que Denis Sassou Nguesso (Congo), le feu Omar Bongo (Gabon) ou encore celle du président centrafricain François Bozizé, qui a été renversé en 2013.

Le procès de Teodorin Obiang, le fils du dirigeant de la Guinée équatoriale, fait l’objet de plusieurs chefs d’accusation tels que le blanchiment, abus de biens sociaux, détournements de fonds publics, abus de confiance et corruption devant le tribunal correctionnel de Paris. Selon Emmanuel Marsigny, l’un des avocats de celui qui a également été ministre de l’Agriculture et des forêts, les délais sont « beaucoup trop courts » et ne respectent pas la législation. Il l’affirme en se basant sur le fait que son client ait été déclaré  »Malabo », la capitale de la Guinée équatoriale, comme adresse.

Son avocat Emmanuel Marsigny a obtenu un report du  tribunal correctionnel de Paris qui se déroulera au cours de 9 audiences du 19 Juin au 6 Juillet.

 

Sherpa et Transparency International ont porté plainte

C’est suite aux plaintes de ces deux associations qui ont commencé dès  2007 que l’enquête sur les biens mal acquis a été déclenchée. Elle a fait la lumière sur l’état du patrimoine colossal de celui qui a été promu vice-président par son père au mois de juin dernier.

Teodorin Obiang, âgé de 47 ans, est propriétaire d’un immeuble avenue Foch évalué à 107 millions d’euros, dans l’un des quartiers les plus riches et prestigieux de la ville de Paris. Il possède également des automobiles de luxe et de sport de marques Porsche, Ferrari, Bentley, Bugatti.

Le luxe dans lequel il séjourne, quand il est Paris, serait tellement insolent, que même les robinets installés dans ses appartements sont recouverts de feuilles d’or…

Teodorin Obiang court un peine maximum qui pourrait aller jusqu’à 10 ans de prison et surtout 50 millions d’euros.

Poursuivi à la fois par la France et les états Unis, Interpol a supprimé le mandat d’arrêt visant le vice-président, renforçant ainsi sa crédibilité qui se défend en prétendant être l’instrument d’une manipulation ayant pour optique de déstabiliser son pays par des occidentaux qui après la colonisation veulent toujours extraire les richesses de celui-ci.

Cependant, à aucun moment, Teodorin Obiang explique comment il peut être à la tête d’une fortune estimée à plusieurs centaines de millions en France et aux états unis.

 

 

Vous aimerez aussi...