Nigeria : La récession financière met les chantiers aux arrêts

En 2008, lorsque les chantiers de cette île artificielle avaient été lancés à Lagos, l’objectif était d’en faire une ville que certains considéraient déjà comme la prochaine Dubaï Africaine. Mais présentement cette ambition semble s’émousser au vue de la crise économique que le pays subit de plein fouet.

 

Tout fonctionne au ralenti

Certains travaux continuent d’avancer malgré tout. Il est par exemple annoncé que  la digue de protection ainsi que les dragages sont toujours en cours et déboucheront sur la deuxième phase des travaux. Quant à la première phase des travaux, elle est programmée pour prendre fin dans seulement quelques mois. Sur le site, ce sont deux gratte-ciels qui se dressent et qui laissent entrevoir un avenir incertain, si l’on se fie aux signes qui pointent à l’horizon.

Parlant de signes, les investisseurs qui se sont lancés dans la construction des immeubles sont en attente justement que l’horizon se dégagent avant de se relancer dans l‘investissement de capitaux. Pourtant, plus de 80% des parcelles qui s’étendent sur les 10 km² que couvre ce site sont déjà attribuées aux différentes entreprises qui sont en place pour la construction immobilière.

 

Une situation qui ne rassure pas les investisseurs

Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette phase léthargique de ce géant projet immobilier du Nigéria. D’un côté, il y a les attaques des groupes terroristes, notamment Boko Haram, qui ne rassurent pas du tout les différents investisseurs. D’un autre côté, le Naïra, la monnaie du Nigéria, est en chute libre devant le dollar. Or, le Nigeria puise essentiellement ces ressources financières nationales de l’exportation du pétrole. Cette situation risque de s’empirer, lorsque les spécialistes des questions financières sont en train d’annoncer qu’il se peut qu’au cours de cette année le dollar atteigne la parité avec l’euro.

Vous aimerez aussi...