Manifestations post-résultats au Kenya, une recrudescence de violence

Au Kenya, l’attente des résultats provisoires des élections a une nouvelle fois tourné en véritable bain de sang. Les opposants accusent l’équipe du Président annoncé vainqueur de fraude.

Le Président sortant est accusé de fraude électorale

Uhuru Kenyatta, le président sortant, est présenté comme vainqueur du présidentiel kényan de 2017. Ce résultat provisoire, Raila Odinga, le principal opposant, le refuse catégoriquement. Pour celui-ci les preuves de fraude électorale sont irréfutables.

Des échauffourées accompagnées d’une grande violence se sont éclatées dans le fief du candidat Raila Odinga au lendemain des élections.

Cette nouvelle crise postélectorale remet en surface d’anciens souvenirs vécus par la population il y a 10 ans de cela.

Pour rappel, les crises postélectorales de 2007 ont été suivies d’une longue période de violence inouïe au Kenya. Au moins 1.100 personnes ont trouvé la mort avec plus de 600.000 déplacés dans le pays.

Les premières victimes de cette crise ont été tuées par la Police à bal réel alors que les  manifestants ont tenté d’attaquer les forces de l’ordre. Le drame s’est tenu à Mathare, dans la capitale (Nairobi).

Même scénario et même drame dans le comté de Tana River.  Un groupe d’hommes armés de couteaux a fait irruption dans un bureau de vote alors que le comptage des voix était en cours. Ayant réagi à cette intrusion, la Police a fait deux morts. Enquêté par les faits, le chef de la police Larry Kieng n’a fait aucun rapprochement étant donné que la région est souvent la cible d’attaques islamistes somaliennes.

Quoi qu’il en soit, la rivalité politique entre les deux candidats est vieille comme le monde, et les allégations de fraude de M. Odinga ne sont pas une nouveauté pour tout le pays. Dans le temps, leurs pères respectifs étaient déjà de sérieuses rivales pour la course à la tête du pays.

Publiés mercredi par l’IEBC, les résultats donnaient 54,31 % en faveur d’Uhuru Kenyatta (55 ans) contre 44,81 % pour Raila Odinga.

Ce résultat provisoire provenait de 97 % des bureaux de vote soit plus de 14,7 millions de votes comptabilisés.

Vous aimerez aussi...