Le chef de l’état islamique n’est plus, selon l’OSDH

Après la dernière apparition publique du chef de l’Etat Islamique Abou Bakar al-Baghdadi en Juillet 2014, des rumeurs sur sa disparition ont circulé depuis. Des rumeurs fondées selon l’OSDH.

Le 28 Mai, une attaque massive a été effectuée par la Russie sur la partie nord de Syrie à Raqa, près de la frontière Irako-Syrienne où semblait-il avait fui Baghdadi au début de l’année. De par leurs sources, il en serait « fort probablement » mort. Cela a été conforté par quelques responsables éminents de l’EI en confiant la disparition de leur chef à l’ONG syrienne OSDH. Rami Abdel Rahmane, directeur de l’organisation, a déclaré que l’homme en question a été aperçu dans cette partie Est de la Syrie Deir Azzor ces derniers mois. Et que l’émir de cet état tyrannique est mort mais qu’il ne peut dire quand et comment est-ce arrivé. Cependant, l’EI ne s’était pas encore déclaré publiquement.

Quant aux Etats-Unis, aucune déclaration officielle n’a été encore faite mais le président Trump s’est réjoui d’une grande victoire contre l’Etat islamique. Serait-ce dû à la « libération » déclarée lundi de la 2ème plus grande ville de l’Irak Mossoul ou à cette nouvelle que beaucoup espère être fondée ! Pour rappel, les US ont réservé une prime de 25 millions de dollars pour la capture mort ou vif de Baghdadi.

Toujours est-il que l’EI n’est pas prêt à déposer les armes. En novembre, peu avant l’opération de libération de Mossoul par les forces irakiennes, appuyées par la Coalition internationale, Abou Bakar al-Baghdadi a exhorté ses troupes par un enregistrement vocal à tenir jusqu’au bout quitte à y laisser leur vie. Ils ont perdu leur emprise tyrannique sur Mossoul mais ils l’ont encore sur un bon nombre de territoires irakiens et syriens.

Amnesty International déplore cependant la trop grande importance des dommages collatéraux, notamment en vie humaine et la souffrance des civils que génèrent les assauts de libération ou d’oppression des forces en action.

Vous aimerez aussi...