Le CETA, un projet ambitieux pour le Canada

Le 30 octobre 2016, le Canada et l’Union européenne ont signé l’accord international de libre-échange, l’AEGC (Accord économique et commercial global) ou CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement).

Un accord qui s’appliquera dans le territoire canadien et sur le sol européen

Pour assister à l’approbation par les députés européens de ce traité liant Ottawa et l’Union européenne, le Premier ministre de l’État canadien, Justin Trudeau, s’était rendu à Strasbourg le 15  février 2017. Après la signature du traité, Justin Trudeau avait également demandé au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, l’application rapide de celui-ci, fin juin. Sa demande a été accordée et le CETA entre en vigueur ce jeudi 21 septembre.

Assurément, l’économie du pays canadien aura une grande part importante, c’est pourquoi cette convention lui tient grandement à cœur. Après avoir mené une étude, Ottawa et l’UE se sont lancés dans les négociations en 2009 en soulignant que le revenu annuel au Canada devrait accroître à 12 milliards de dollars canadiens, ce qui fait 8,17 milliards d’euros.

Par ailleurs, l’étude envisage la création de 80 000 emplois dans le pays en estimant que le revenu annuel du ménage canadien pourrait augmenter de 1 000 dollars. Cette augmentation a poussé le gouvernement à proférer que le CETA est l’intervention commerciale la plus ambitieuse que le Canada n’a jamais saisie.

La vice-présidente de la Fédération canadienne des entreprises indépendantes (FCEI) invoque l’exploitation de cet accord afin de traiter les aspects liés à l’exportation de biens et services. Cette convention permet aux entreprises canadiennes et européennes d’avoir part aux marchés publics et à l’investissement de l’autre partenaire pour renforcer la collaboration entre le Canada et l’Union européenne en matière de régulation et d’uniformisation. En effet, il faut réduire les barrières liées à l’exportation, voire abolir les tarifs douaniers, pour pouvoir tirer profit des produits du bois, chimiques et plastiques, les produits marins gaspésiens ou encore le boeuf de l’Ouest.

Vous aimerez aussi...