George Papadopoulos, l’ex-conseiller de Trump a plaidé coupable d’entrave aux enquêtes du FBI

George Papadopoulos : reconnu coupable

L’ex-conseiller de Donald Trump a été reconnu coupable après une accusation d’entrave aux enquêtes du FBI. Voilà ce que le procureur Robert Mueller, qui est chargé de l’enquête russe à Washington, a annoncé lundi 30 octobre. George Papadopoulos est inculpé de fausses affirmations concernant les liens entre la campagne présidentielle de 2016 et le gouvernement russe. Des liens qui ont eu des répercussions sur l’élection présidentielle. En avril 2016, un de ses contacts russes, appelés le professeur, a annoncé à l’ex-conseiller de Trump qu’il a eu en sa possession des informations nuisibles à la réputation d’Hillary Clinton. Papadopoulos a essayé plusieurs fois de mettre en relation Trump et Vladimir Poutine, mais en vain.

La Maison-Blanche a répondu en affirmant que George Papadopoulos ne tenait pas un grand rôle dans la campagne de 2016. Concernant ses relations, cela ne concernait que lui.

Paul Manafort : assigné à domicile

L’ex-directeur de campagne de Trump ainsi que son associé Rick Gates ont été officiellement accusés de conspiration contre les États-Unis. Ils sont aussi inculpés pour onze autres accusations sur l’affaire russe et l’élection présidentielle de 2016. C’est ce que le procureur Robert Mueller a affirmé lundi 30 octobre. Suite à ces évènements, Paul Manafort a été mis en résidence surveillée après avoir plaidé non coupable des condamnations à son égard. D’ailleurs, Paul était le directeur de la campagne de Donald Trump de juin à août 2016. Il a démissionné suite à un article affirmant qu’il avait pratiqué de lobbysme et d’avoir été un consultant pour Viktor Ianoukovitch. Paul et Gates sont accusés d’avoir caché au fisc 75 millions de dollars. Manafort est inculpé de blanchiment d’argent par des comptes offshore.

Le Gouvernement nie toute complicité avec la Russie

Donald Trump a affirmé sur les réseaux sociaux qu’il n’y avait aucune relation secrète entre lui et le gouvernement russe. Il n’y aura pas de répercutions sur Robert Mueller, a-t-il ajouté. Dimanche 29 octobre, le président a nié une fois de plus l’existence d’une quelconque relation avec la Russie. Il estime par ailleurs qu’il y a une stratégie politique derrière ces accusations.

Par ailleurs, Donald Trump n’est pas directement impliqué dans cette affaire. La campagne présidentielle n’est pas non plus remise en cause. Le gouvernement républicain du New Jersey Chris a confirmé dimanche dans une déclaration que le président n’est pas touché par l’enquête en cours.

La partie démocrate s’attend à une suite

Angus King, un sénateur indépendant associé au groupe démocrate, a affirmé sur CNN que l’affaire ne va pas en rester là. Il estime que Robert Mueller remontera jusqu’à la source.

De 2001 à 2013, Robert Mueller était le directeur du FBI. Il a été désigné, par l’adjoint du ministre de la Justice, le 17 mai 2017 pour mener l’enquête sur la campagne présidentielle. Pour démontrer son professionnalisme, Robert n’a jamais évoqué publiquement le déroulement de son enquête.

Vous aimerez aussi...