Crise nucléaire : Pyongyang vient de tester la Bombe H

Dimanche 3 septembre, pour la sixième fois, la Corée du Nord a effectué son essai nucléaire. Ne reculant devant rien, Kim Jong-un a tenu à réaliser son rêve, celui de détenir l’arme suprême, la Bombe H, et ce, malgré la condamnation de la communauté internationale.

Kim Jong-un défit la communauté internationale

Le régime de Kim Jong-un vient de se doter de l’arme ultime, la bombe thermonucléaire ou bombe H. Cette dernière se différencie des autres par sa force destructrice en étant 5 à 10 fois plus puissante qu’une bombe A.

Plus compliquée à confectionner, la bombe à Hydrogène doit être fabriquée avec une technologie de pointe. Une avancée technologique que la Corée du Nord semblerait bien avoir développée aujourd’hui. Si cette information s’avère être exacte, la RDPC sera le neuvième État à disposer d’une telle arme après les USA, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne et la France, l’Inde, le Pakistan et l’Israël.

L’essai a été réalisé dans la région montagneuse de Punggye-Ri (Corée du Nord) le dimanche 3 septembre. Cet essai a engendré une secousse séismique d’environ 6,3 sur l’échelle de Richter, une secousse interceptée un peu partout dans le monde.

La prochaine phase, qui ne devra pas être un problème pour l’armée nord-coréenne, est d’intégrer cette bombe sur la tête de leur missile balistique. Quoi qu’il en soit, pour la RDPC, cet essai est déjà une victoire de plus face à Donald Trump et la communauté internationale.

Quant aux USA et leurs alliés, la réplique ne s’est fait pas attendre. Le président américain et le Premier ministre japonais se sont entretenus juste après l’essai nucléaire. Le renforcement des engagements militaires entre le Japon et les États-Unis est le point discuté entre eux.

De son côté, la Corée du Sud a renforcé son bouclier en installant deux lance-missiles de plus en direction des USA. Pour la première fois, la Chine a fait appel à une sanction contre la Corée du Nord.

Vous aimerez aussi...