Brexit : l’Ecosse pose des conditions pour sortir de l’UE

Le départ du Royaume-Uni de l’Union Européenne avait déjà suscité un tremblement de terre en Europe. Seulement, l’Ecosse, pays membre du Royaume-Uni, semble ne pas accepter cette sortie et pose ses conditions pour que cela soit effectif.

Un document de 62 pages

« La place de l’Ecosse dans l’Union Européenne », c’est ainsi que le document à travers lequel l’Ecosse fait connaitre sa position sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne est intitulé. Le même document, qui a été officiellement rendu public par la première ministre écossaise Nicola Sturgeon, mentionne en détails les conditions sans lesquelles l’Ecosse ne saurait admettre une sortie de l’Union.

Selon les conditions décrites dans le document, l’Ecosse doit, même si le Royaume en sortait, rester membre de l’Union douanière et garder sa place dans le marché unique de l’Europe. Les raisons que l’Ecosse avance se chiffrent en perte de 11 milliards de livres en matière de PIB d’ici à 2030. Bien plus encore, ce sont 80 000 emplois qui partiront aussi en fumée aggravant ainsi le seuil de chômage dans le pays.

« J’accepte le fait qu’il y ait un mandat, confié par l’Angleterre et le pays de Galles, pour faire sortir le Royaume-Uni de l’UE. Mais je n’accepte pas l’idée qu’il y ait un mandat pour sortir quelque partie que ce soit du Royaume-Uni du marché unique », a fait entendre Nicola Sturgeon. Pour faire simple, l’Ecosse, en dépit de la sortie du Royaume-Uni, compte bien rester dans l’union tout au moins au niveau des transactions économiques et de la circulation des biens et des personnes car son économie en dépend.

Le Brexit ne sied pas à tout le monde

Selon les propos de la première ministre, si cela ne tenait qu’aux Ecossais, ils ne sortiraient pas de l’UE. Mais puisqu’il faut faire des concessions, ces conditions sont une forme de compromis que l’Ecosse adresse à qui de droit.

Vous aimerez aussi...