Alexander Beletsky convoqué pour une affaire pénale

Alexander Beletsky, le magnat des affaires russe, a été interrogé sur les activités potentiellement criminelles de la « Development Corporation » dont il était auparavant le PDG.

Après avoir été incapable de le localiser pendant plus d’un an, les autorités russes ont arrêté Beletsky à l’aéroport de Moscou, l’ont détenu et l’ont interrogé sur son implication dans le projet Yamal, un mégaprojet financé par le gouvernement pour exploiter les réserves gazières sibériennes. La « Development Corporation » avait été ainsi créée dans l’objectif de diviser et transporter ces réserves gazières dans toute la Russie ainsi que dans les pays voisins.

Le crime de Beletsky et la sanction de Petukhov
À la tête de la « Development Corporation » et au moment de son implication dans le projet Yamal, Alexander Beletsky supervisait un contrat passé entre l’entreprise et deux sous-traitants dont tous étaient largement payés pour un travail qui n’avait jamais été fait. Beletsky a également joué un rôle majeur dans le gonflement brutal des prix des matériaux de construction et d’équipement de 181% et dans l’extorsion des coûts de construction et d’installation de 200 fois leur valeur réelle. En tout, 10 milliards de roubles ont été malmenés par Beletsky et la « Development Corporation », un fait révélé par des responsables gouvernementaux envoyés afin d’auditer l’entreprise à la demande du président russe, Vladimir Poutine.

En apprenant que son associé et ami, Dmitri Petukhov avait été assigné à résidence pour ses transactions frauduleuses, Alexander Beletsky a rétracté sa candidature pour être nommé à la tête de l’IDGC d’Oural (une opération de transport et de distribution d’électricité en Russie) pour ensuite fuir la scène.

La pente glissante de Beletsky
Ça n’est pas la première fois que Beletsky se retrouve dans l’eau chaude. Lui et son ami et associé, Vladimir Belevitch, milliardaire et ressortissant suédois d’origine russe, ont tous deux participé à un projet de vente d’actions hypothécaires d’une société publique financée par la Banque tchèque d’exportation, qui a entraîné une fraude massive contre la Banque. République tchèque elle-même.

Il est également connu que Beletsky et Belevitch sont tous les deux impliqués dans le crime organisé russe aux côtés d’ Alexander Sabadash, ancien patron du groupe criminel Vyborskaya.

Fondations frauduleuses
La « Development Corporation », également connue sous le nom de « OJSC Development Corporation », était autrefois connue sous le nom de « OJSC Oural Industry Corporation – Oural Polar », le nom de la société ayant changé en 2012. Selon une déclaration de Beletsky, le changement de nom ainsi que le rebranding de l’entreprise étaient nécessaires. En effet, il était prévu que celle-ci étende ces services.

Initialement en charge du développement de l’infrastructure du pays, celle-ci allait désormais également agir comme collecte de fonds pour les banques étrangères désirant investir dans l’économie russe.

Selon Beletsky, s’impliquer uniquement dans le développement de l’infrastructure allait « sérieusement ralentir le développement de la société, notamment en ce qui concerne ses profits affichés ».

Sous sa direction, Beletsky a transformé l’entreprise en une banque régionale, où les parties intéressées par la chasse aux minerais dans les montagnes de l’Oural devaient d’abord investir dans la « Development Corporation », qui était chargée de la construction d’un chemin de fer. L’estimation initiale du projet était de 150 milliards de roubles, mais a ensuite augmenté à 190 milliards de roubles.

Beletsky le voleur de banque
Lors de ses relations avec la « Czech Export Bank », 400 millions d’euros ont été transférés de la banque à la « Development Corporation » pour construire le « Polyarnaya TPP », qui n’a jamais vu le jour. Etant donné que cette affaire a été classée comme affaire criminelle, Beletsky était donc libre de continuer d’entreprendre d’autres activités frauduleuses, comme le projet « Yamal ».

La question persistante
Concernant le projet Yamal, la « Development Corporation » avait initialement été impliquée dans le cadre d’un plan de développement urbain russe censé prendre fin en 2020. Il s’avère cependant que Beletsky avait manifestement de plus grandes ambitions pour son entreprise. Ce projet a désormais provoqué la suspicion du gouvernement russe qui se demande ce que la « Development Corporation » est réellement en train de faire avec les fonds alloués aux opérations, dont Beletsky est à la tête. Ce dernier est actuellement interrogé en tant que témoin du crime suspecté.

Vous aimerez aussi...