Timide réveil de l’immobilier de luxe sur la côte sud

L’immobilier de luxe a connu une période quelque peu difficile cinq dernières années. Affichant désormais des prix plus réalistes, il se réveille timidement dans la côte sud.

Un marché en stagnation

En bord de mer, l’immobilier se réveille peu à peu. Depuis quelques mois en effet, les visites et les offres sont plus nombreuses ainsi que les coups de fil et les demandes selon les agents immobiliers. Une évolution  notable pour cette part du secteur réputée pour afficher des prix hors marché indiscutables où les propriétaires n’étaient pas pressés de vendre. De leur côté, les acheteurs n’étaient pas légion selon Gilles Tejedor, employé de l’agence John Taylor de Saint-Jean-Cap. Il affirme cependant que quelques changements sont en train de s’opérer sur le marché de l’immobilier de luxe.

Une déclinaison vers le bas

Aujourd’hui, il est devenu rare d’enregistrer des ventes à 10 millions d’euros même pour l’immobilier de luxe. En effet, les milliardaires russes ont quitté le navire et apparemment pour de bon. A leur place, on retrouve maintenant une clientèle étrangère issue de l’Europe du Nord ainsi que des Français. Le directeur général de Côte d’Azur Sotheby’s International Realty Laurent Chaleil qualifie le phénomène comme d’une réorganisation du marché de l’immobilier de luxe, avec une déclinaison vers le bas. Actuellement, les acheteurs de villas désirent des propriétés entre 250 et 350 m² qui se situent à proximité du centre-ville et dont les prix vont de 2 à 6 millions d’euros. En outre, la situation politique a également une influence sur le comportement d’achat car après l’élection présidentielle, les acquéreurs semblent plus rassurés et commencent à prospecter un peu plus. Aujourd’hui, ils disposent d’un choix assez large puisque l’offre reste supérieure à la demande. Les acheteurs potentiels prennent d’ailleurs le temps de faire des visites, de réfléchir et de procéder à des négociations. Laurence Chaleil fait même remarquer que le segment de marché des biens immobiliers estimés à plus de 10 millions d’euros repart doucement.

Vous aimerez aussi...