Record de vente dans l’immobilier ancien

907 000 transactions entre les mois de juin 2016 et de mai 2017, c’est le nombre de ventes répertoriées sur le marché de l’immobilier ancien au cours de cette période. Les notaires précisent que c’est un véritable record, on n’était pas habitué à un tel engouement des Français pour l’ancien.

Pas de réelles négociations entre les vendeurs et les acheteurs

Pour bien comprendre cette hausse vertigineuse des prix sur l’ancien, il faut prendre en compte les transactions de vente effectuées au cours de la même il y a un an. Elles étaient de 824 000 ventes, pour cette année, on parle bien de 907 000 ventes.

Les professionnels de l’immobilier affirment qu’il n’y a pas réellement de longues négociations, les acheteurs n’hésitent donc pas à boucler rapidement l’achat d’une maison ou d’un appartement ancien. C’est l’une des raisons pour lesquelles les biens immobiliers sont rapidement conclus, ce qui engendre automatiquement une hausse des prix qui avoisine 2,7 % par rapport à la même période il y a un an.

Aucune crainte sur un éventuel effet de bulle

Selon les notaires, les prix sur l’immobilier ancien devraient continuer à grimper cette année, mais de manière différente. En effet, ils tablent sur une hausse de 1,2 % pour les maisons anciennes et de 4 % pour les appartements anciens. Par ailleurs, malgré ce nombre record de ventes, il n’y a aucune crainte qu’on soit à l’approche d’un effet de « bulle immobilière ».

Cela s’explique par le fait que ce sont les ménages et non les professionnels du secteur qui achètent ces biens dans le but de se loger. Aucune spéculation en vue ! Bordeaux enregistre cependant une forte augmentation des prix, soit 15 %. À Paris, les ventes de l’ancien ont augmenté de 5,5 %. Concernant les villes comme Nancy, Marseille ou Lille, les prix ont progressé entre 5 % et 10 %.

Vous aimerez aussi...