L’étonnante croissance de l’immobilier d’entreprise en France

Au quatrième trimestre 2016, le marché de l’immobilier d’entreprise est resté très attractif. Le Brexit et les élections nationales n’auront pas eu trop d’influences. C’est du moins ce que révèle l’étude internationale RICS.

 

Une croissance prévue pour les mois à venir

En France, le marché de l’immobilier d’entreprise, notamment sur le segment des biens prime et des bureaux, est resté dynamique au cours du 4e trimestre 2016. On note également de belles performances en Europe. Celles-ci s’expliquent par les mesures de soutien de la BCE et un environnement plus porteur. Le RICS note cependant des disparités importantes. En effet, pendant qu’on note une forte croissance de la demande pour les bureaux, les biens industriels n’ont connu qu’une légère hausse et pour les commerces, on note même une stagnation. Ainsi, pour le deuxième trimestre consécutif, on note une légère diminution de l’offre de bureaux et de locaux industriels. Pour les douze mois à venir, les acteurs sont en train de prévoir, sur l’ensemble des segments  du marché, une croissance significative des loyers de tous les biens « prime ». Cependant, l’activité du marché devrait être quelque peu altérée par l’approche des élections présidentielles.

 

Une prudence qui persiste à Paris et Milan

Interrogés par rapport à ces révélations, les professionnels de l’immobilier confirment les résultats du RICS. Ils expliquent la situation par l’amélioration significative des conditions globales du marché dans toute l’Europe. Dans beaucoup de villes européennes, le marché locatif semble plus favorable. Cependant, la situation sur le plan locatif est nuancée pour ce qui concerne Paris. Comme ce qui a été révélé lors des précédentes éditions de l’étude, on note toujours une grande prudence. Un même constat a été fait à Milan, bien que, ici, la situation reste globalement positive. Aussi, par rapport au Royaume-Uni, on note une situation un peu plus contrastée pour ce quatrième trimestre malgré les résultats européens positifs. En effet, à Londres, on note un net ralentissement de la demande après de fortes croissance en 2014 et 2015. Il est prévu encore une légère baisse des valorisations pour l’immobilier d’entreprise britannique les douze prochains mois.

Vous aimerez aussi...