Les jeunes et la révolution immobilière, qu’en est-il vraiment ?

Selon l’économiste Robin Rivaton, l’envie chez les jeunes de moins de 35 ans de devenir propriétaire est toujours aussi forte qu’autrefois, contrairement à ce qui se dit actuellement sur le sujet. Le seul problème qui empêche la jeune génération de s’offrir une propriété reste le moyen financier. D’après Robin, ils ont en effet un pouvoir d’achat (immobilier) plus réduit par rapport aux plus de 35 ans.

Une révolution immobilière, est-ce la solution ?

Pour notre professionnel, le secteur immobilier a bel et bien besoin de quelques améliorations, car étant truffé de défauts qui n’ont jamais été réglés jusqu’à aujourd’hui. Le fait est que le taux de transaction moyenne est très bas, toujours selon M. Rivaton, avec un nombre moyen de transactions qui stagne à 4.6 pour toute une vie.

Pour lui, des solutions tournées vers l’innovation seront les bienvenus pour régler ce problème avec la jeune génération. Il cite comme exemple la « bonne » technique de Selekta en Normandie en proposant la conception immobilière en 3D, ou encore la « brillante » idée de WeWork d’user des appareils connectés et gadgets numériques pour améliorer leur service.

Le retard de l’immobilier français, expliqué dans son livre

Robin Rivaton a en effet avoué dénoncer ce manque de révolution, d’amélioration, par rapport à d’autres pays dans son livre intitulé « L’immobilier demain ». Il n’a d’ailleurs pas hésité à donner quelques exemples, évoquant entre autres l’incroyable levée de fonds de 800 millions de dollars opérée par une startup étrangère, et cela en un temps record.

Le projet de construction entre Google et Factory, les marketplaces de Facebook qui s’attaque également à l’immobilier, le site de location immobilière propre au chinois Alibaba… L’auteur du livre a expliqué tout cela dans le but de prouver le retard français par rapport au reste du monde.

Un mot sur le « choc d’offre » signé Macron ?

Pour rappel, le président de la République préconise un choc d’offre avant l’arrivée du nouveau projet de loi attendu en automne prochain. Pour Rivaton, ces intentions d’Emmanuel Macron sont bel et bien complémentaires avec le « choc » d’innovation qu’il n’arrête pas de prôner jusqu’ici. Il termine en donnant un avertissement aux acteurs immobiliers de bouger rapidement, au risque de voir les géants américains dominer encore plus le secteur.

Vous aimerez aussi...