Les charges de copropriété connaissent une hausse impressionnante

Comparativement à 2015, les charges de copropriété ont évolué de 3,9 % en 2016. C’est que révèle un communiqué de presse de l’ARC — Association des responsables de copropriétés — publié ce mardi 13 juin. L’étude révélant cette information est réalisée par OSCAR — observatoire des charges de copropriété — de l’ARC qui exploite depuis maintenant 8 ans, les données comptables de 2 500 copropriétés.

 

La flambée du coût des assurances

Selon l’ARC, la plus remarquable augmentation concerne le poste « contrats d’assurance ». Cela s’expliquerait par l’augmentation des sinistres liés au vieillissement du parc immobilier. En réalité, lorsqu’un sinistre est indemnisé, les compagnies d’assurance n’hésitent pas à augmenter les cotisations d’assurance. L’étude de l’ARC démontre la nécessité de mettre les compagnies d’assurance en concurrence pour avoir des tarifs plus compétitifs. Le poste des dépenses de gestion courante est le deuxième poste que l’étude pointe du doigt. Rappelons ici qu’on distingue deux volets en ce qui concerne la rémunération du syndic. Le premier volet concerne la gestion courante qui apparaît comme un forfait englobant la plus grande partie des tâches du syndic ne donnant pas lieu à une facturation. Le second concerne les prestations particulières qui sont généralement rémunérées coup par coup.

 

L’arrêté du 19 mars 2010 non respecté                     

L’arrêté du 19 mars 2010 publié le 21 mars 2010 a établi la liste minimale des prestations qui sont incluses dans le forfait annuel. Mais malgré que ce décret est entré en vigueur, ses prescriptions ne sont pas respectées par la grande majorité des nouveaux contrats (93 %). Selon l’analyse de l’ARC, si on constate une forte augmentation des dépenses de gestion, c’est grâce à des pratiques abusives dans le cadre de prestations particulières et d’augmentation des forfaits de base lors de la réalisation des contrats types de syndic. Pour le poste du chauffage et eau chaude sanitaire, on n’observe qu’une augmentation de 35,2 % qualifiée de raisonnable par l’ARC. Au cas cette étude de l’ARC vous intéresserait, elle sera présentée de façon détaillée par l’association, lors de son prochain salon à l’espace Charenton les 18 et 19 octobre prochain. Mais en attendant cette présentation, vous pouvez la retrouver dans la revue de l’association du mois de juillet.

Vous aimerez aussi...