Le Crowdfunding dans l’immobilier, un placement qui n’est pas sans risque

Dans le secteur de l’immobilier, le crowdfunding se fait d’une manière un peu particulière. Cela se présente comme un placement de fonds, mais il faut connaître les risques auxquels on s’expose pour s’y mettre.

 

Des rendements de 8 à 12% par an

Il est question, dans cette activité, de financer des projets de construction d’immobilier. Celui qui participe au crowdfunding injecte quelques centaines ou milliers d’euros dans le projet. Une participation financière qui sera soumise à une immobilisation durant une période qui peut s’étendre sur 18 à 24 mois.

Derrière, l’investisseur à la possibilité de faire des entrées financière sous forme de gain généré par son placement. Ces fonds sont calculés sur un taux de 8 à 12% de l’investissement. Mais les choses ne sont pas si faciles, car il peut arriver qu’une perte de capital se produise. Le secteur de l’immobilier est très instable. Ces facteurs peuvent se produire pour diverses raisons : un climat non favorable, des retards dans la livraison du projet, des événements imprévus, etc. En termes simples, pour que l’investissement puisse générer ses fonds, il faut que tout se déroule comme prévu. C’est en cela qu’il est estimé que le gain n’est en aucun cas garanti dans ce type d’investissement.

 

D’autres caractéristiques

A l’heure actuelle, on compte environ une vingtaine de plateformes qui se sont professionnalisées dans le domaine du crowdfunding de l’immobilier. Mais dans la plupart des cas, les caractéristiques suivantes reviennent. Le niveau de risque assez élevé, de niveau 7 sur une échelle de 10. L’investissement ne nécessite aucun frais. Le rendement est le même.

Par contre, dans le cas où il est question de prêt, puisque cela est aussi possible, les intérêts générés sont soumis à un acompte forfaitaire direct de 24% en ajout des 15,5% des prélèvements sociaux. Ces derniers font aussi l’objet d’une imposition conformément au barème IR. C’est pour cette raison que quelques plateformes suggèrent de loger les titres dans un PEA PME.

Vous aimerez aussi...