La hausse des taxes d’habitations n’est plus à craindre

Taxe d’habitation, taxe foncière, taxe sur les propriétés bâties et autres factures pour le fonctionnement de la maison : ce sont autant de charges que les ménages français se doivent de payer tous les ans. Mais heureusement pour cette année, la hausse des taxes d’habitation n’est plus à craindre.

 

2017 : l’année des tous les reprises

Cette année 2017 a été l’année de toutes les reprises. Outre la hausse du marché des taux des crédits en début d’année, les Français doivent aussi vivre avec hausse de taxes immobilières. Les propriétés bâties sont par exemple soumises à une taxe de 0.6 % plus cher qu’en 2016. C’est, en tout cas, le résultat de l’enquête mené par l’observatoire SFL-FORUM sur 101 départements et 41 villes de plus de 100 000 habitants.

On rappelle que les agglomérations avaient décidé l’année dernière d’activer un levier fiscal dans le secteur du bâtiment. On prévoyait déjà alors une reprise de 5.2 % pour cette année.

 

Une stabilité du marché pour la grande majorité des intercommunalités

Mais arrivé à la moitié de l’année, le projet n’a toujours pas vu le jour. Et cela ne risque pas d’arriver selon les experts. La raison en est la baisse de dotation de fonctionnement que l’État a mis en place. Seule une augmentation de 0.1 % a été enregistrée depuis 2017 dans 83 % des localités de la France. Et la reprise du marché tendra à se stabiliser. 85 % des intercommunalités pratiquent d’ailleurs un taux stable.

Les taxes les plus importantes se rencontrent maintenant en Limoge à + 5.6% en Mans avec +0.8 %.

Pour ce qui est de Caen, la région a décidé de baisser de manière significative les taxes afin de permettre aux ménages de souffler. Le taux est de -1 % cette année.

Vous aimerez aussi...