La cave, un autre secteur d’investissement dans l’immobilier

Nul besoin de disposer d’un gros capital pour investir dans ce secteur. Seul impératif, pouvoir dénicher la bonne affaire, dans un secteur qui se déroule exclusivement dans les sous-sols.

 

Un investissement locatif à moindre risque  

Le niveau de rentabilité que l’on observe dans ce genre d’investissement locatif dépend en majeure partie de la région géographique dans laquelle l’investissement est fait. Ce que l’on retient par contre, c’est que les investissements sont, dans le général des cas, rentables. Par exemple à PARIS , dans les 2è, 3è, 4è et 7è arrondissement, les revenus sur investissement sont au-delà des 10% en brut. Ce qui fait qu’après déduction des différents frais et impôts, l’investisseur se retrouve avec un intérêt supérieur ou égale à 8% de son investissement. En ce qui concerne les autres arrondissements, les taux d’intérêts plafonnent aux environs de 5%. On notera aussi que le 1er arrondissement est en dessous des 5% de revenu sur investissement.

 

Des écarts qui s’expliquent

Les disparités observées entre ces taux d’intérêts ne sont pas dues au hasard. Il apparaît selon les remarques de Laure Courty, que l’accessibilité joue un rôle déterminant dans ce constat. « Le fil conducteur est celui de l’accessibilité en voiture dans le quartier où se trouve la cave », confie-t-elle.

 

Une demande grandissante

L’une des données qui prouvent que le secteur a de l’avenir, c’est que la demande est sans cesse grandissante. Cette une réalité partagée par la majeure partie des arrondissements de PARIS , mais avec une pointe ascendante dans le 18è. « La demande est particulièrement importante dans le 18e. Nous supposons que cela tient au fait que la population y est plus jeune et mobile. Elle change d’appartement régulièrement, a besoin de stockage et dispose sans doute de moins de surface pour se loger et stocker », a laissé entendre la fondatrice de JeStocke.com.

Vous aimerez aussi...