Immobilier : Les locataires pourront bientôt louer pour trois mois

Le gouvernement français serait en train de travailler sur la possibilité d’autoriser un bail locatif de trois mois. L’information est rapportée par Le Monde.



Flexibiliser le marché de l’immobilier
C’était une promesse de campagne du candidat Macron. Et là, à en croire les dernières informations, il se pourrait bien qu’elle voit le jour très prochainement. En effet, Emmanuel avait promis créer un bail mobilité qui serait réservé aux personnes les plus en difficultés. Et le 4 juillet dernier, Le Monde nous révélait que l’Elysée travaillait justement sur une loi logement mobilité qui comprend la création d’un bail de trois mois et qui, d’ici l’automne, pourrait être présentée à l’Assemblée Nationale. L’objectif qui serait visé est de rendre plus flexible le marché de l’immobilier pour les populations souvent précaires telles que les étudiants et les salariés qui sont sous un contrat à durée déterminée (CDD). Selon ce que l’on apprend déjà, aucune caution ne serait demandée au locataire dans ces nouveaux contrats. S’il s’avérait que cette mesure aboutit, cela faciliterait vraiment la tâche pour la population ciblée par la loi. Mais pas seulement !



Certains propriétaires pourront également être satisfaits
En effet, la durée d’un bail est actuellement d’un an pour un appartement meublé, trois ans pour un appartement vide et neuf mois pour certaines locations étudiantes. Dans de telles conditions, certains propriétaires préfèrent s’abstenir de louer leur appartement plutôt que de prendre le risque de se retrouver avec un mauvais locataire pendant une durée allant jusqu’à trois ans. Ces propriétaires pourraient également se réjouir de cette loi. Toutefois, Jean-Yves Mano qui est le président de l’association de consommateurs CLCV – Consommation Logement Cadre de Vie – met en garde au micro de RTL « Le bail mobilité peut répondre à des besoins particuliers d’une personne qui, sur le plan professionnel, doit se déplacer pour un stage, un CDD de courte durée. Mais j’y vois surtout la précarisation du locataire »

Vous aimerez aussi...