Immobilier : L’augmentation de l’inflation dépasse celle des loyers

Les loyers progressent moins vite que l’inflation. C’est ce que révèle l’observatoire privé du marché locatif, Clameur. Une tendance qui demeure depuis 2013.

 

Un constat qui poursuit cette année

Dans 70 % des villes comptant plus de 148.000 habitants, le constat est le même depuis 2013. Dans certaines villes comme Lille, Grenoble… les loyers ont légèrement progressé pendant que dans d’autres comme Angers, le Havre ils ont même reculé. Clameur affirme que, de 2013 à 2017, pendant que l’inflation augment de 0,6 % par an, les loyers ont augmenté de 0,6 %. On constate également que, sur cette période, les loyers ayant augmenté le moins vite sont ceux des petits logements. Une situation bien étonnante. Clameur affirme également que pour 2017, la même situation est en train d’être observée, cette fois, dans 75 % des villes habitées par plus de 148.000 personnes. Pour ce qui est de la mobilité, en début d’année, son taux est de 29,8 % contre la moyenne de 28,6 % enregistrée de 1998 à 2017. Toutefois, sur Paris, la mobilité reste très bas.

 

Un manque d’entretien constaté

Jusqu’en 2012, Clameur constatait que, dans la ville de Lille, les loyers s’augmentaient plus vite que dans d’autres villes. Mais l’association constate depuis 2012, dans cette ville, chaque année, les loyers n’augmentent que de 0,2 % contre 0,5 % pour toute la France, 0,5 % pour Toulouse et Nantes, 1 % pour Lyon et Bordeaux etc. Clameur prévoit également que le plafonnement des loyers dans la métropole du Nord devrait affecter 22 % des baux. Les recettes locatives de ceux-ci devraient donc baisser de 16,8 % . Clameur estime que « Les studios et 1 pièce devraient être les plus touchés par le dispositif d’encadrement (25,5 % de ces logements concernés, pour une baisse de loyer de 19,6 %) ». L’autre constat que fait l’observatoire privé de marché locatif est le manque d’entretien des habitations. Elle relève que la part de logements avec travaux est de 14,1 % alors que de 1997 à février 2017, la moyenne enregistrée est de 22,2 %. L’effort d’amélioration-entretien se trouve donc au niveau le plus bas de ces 20 dernières années.

Vous aimerez aussi...