Immobilier de montagne : quelle rentabilité ?

Il faut être vigilant lorsqu’on décide d’acquérir un logement dans une résidence de tourisme située en montagne.Ce type d’acquisition vous engage de façon durable ; que vous visiez l’achat plaisir ou l’investissement.

 

Gestion locative du bien

De plus en plus, on observe dans une variété de stations, une éclosion des logements neufs en résidence de tourisme classée. Ces logements peuvent offrir différentes prestations de type hôtelier telles que piscine, sauna, hammam etc.Quelque soit l’usage que vous réservez à une telle acquisition, vous ne pouvez disposer d’une pleine liberté d’action sur elle. En effet, vous devriez signer un contrat de bail avec l’exploitant de la résidence à qui vous devrez confier la gestion locative de votre bien. Ce contrat doit être pour neuf ans au minimum et assorti d’une tacite reconduction. Si vous conservez la gestion pour 20 ans, vous pourrez bénéficier d’un remboursement de la TVA qui représente 20% du prix d’acquisition du logement.Mais « si vous ne renouvelez pas le bail initial, vous serez redevable d’indemnités d’éviction qui correspondent classiquement à une ou deux années de revenus locatifs » explique le directeur de la section Alpes chez Athena Advisers, Charles-Antoine Sialelli.

 

Un rendement allant à 4,5%

En contrepartie, le professionnel vous épargne de tout ce qui concerne la gestion. Il va équiper le logement, l’entretenir, trouver les locataires, percevoir les loyers… et pendant neuf ans au minimum, il va vous verser, sur la base de votre contrat, un loyer net de charges. Généralement avec un tel système le rendement par an est de 4 à 4,5%. Mais notons que ce rendement est hors taxe. Le secrétaire général de Cerenicimo, Olivier Trit précise « Sur un rendement initial à 4 %, il faudra défalquer quelque 0,50 % pour la taxe foncière, les charges de copropriété non récupérables et les services d’un comptable géné­ralement utile pour gérer les déclarations nécessaires en location meublée ».Il ajoute « Il faut être attentif à la répartition des charges, notamment concernant l’entretien des parties communes et des services, entre le propriétaire et le gestionnaire, définies dans le contrat de bail. En fonction de ce qui aura été décidé, vous pourrez avoir très peu ou beaucoup à payer. »

Vous aimerez aussi...