Immobilier : Certaines constructions n’en valent pas le coût

Rénover son appartement est une source d’inspiration et un besoin de satisfaction personnelle, pourtant, les logements anciens restent en marbre face au ratio amélioration-entretien. En toile de fond, certaines  interventions risquent pourtant de donner un coup de pouce dans la vente de ce type de bien immobilier. Vérifier qu’un logement ancien se vendra plus cher si la décoration est remise en valeur est plus qu’une simple hypothèse. Toutefois, même avec l’aide du crédit d’impôt transition énergétique (CITE), les Français ne s’activent pas dans ce secteur.

 

Jacques Chanut en parle

Président de la Fédération française du bâtiment (FFB), Mr Jacques Chanut constate que : «  le crédit d’impôt transition énergétique (CITE), les aides publiques (TVA à taux réduit, crédit d’impôt transition énergétique), la hausse de l’activité du secteur immobilier » ont redonné des couleurs au marché, et plusieurs hypothèses laissent penser qu’il s’agira alors logiquement d’un accroissement des travaux de rénovation des logements anciens. Mais cette tendance non pérenne dissimule étonnamment un fait capital dans lequel les Français restent en marbre face aux travaux d’embellissement. Même si les prix restent orientés à la hausse, la fédération professionnelle dénote « un effondrement des travaux avant relocation pour le segment du locatif privé. »

 

Des dispositifs mis en place

Le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) a mis en avant ce regain d’activité avec un crédit consommé à hauteur de 1,5 milliard d’euros en 2016. En bilan énergétique, le parc enregistre également une hausse de 25 % depuis les années 90, contre une stabilité émissions de gaz à effet de serre. Certes, ces chiffres semblent être un effet d’aubaine et pourtant, le mérite des bons chiffres en bilan énergétique revient toujours aux logements neufs. Aussi nombreuses soient-elles les déclarations des chefs d’entreprises en faveur des travaux consacrés, les dispositifs mis en place ne semblent pas suffisants. Aussi, la fédération envisage pour 2017 une hausse de son activité globale à hauteur de 3,4 %, ce qui veut dire 10.000 postes de plus en solde net.

 

Vous aimerez aussi...