Accès à la propriété : que révèlent les statistiques en France ?

Des études menées en France sur le désir (et la volonté) pour un Français d’acquérir sa propre propriété révèlent des chiffres plutôt réjouissants pour les acteurs du parc immobilier.

87% des femmes et 76% des hommes…

Sont prêts à sacrifier plusieurs budgets pour pouvoir s’offrir la maison de leur rêve ! Ces chiffres découlent de l’analyse menée par Bien ‘ici dans son Baromètre du rêve immobilier 2017.

Ainsi, c’est le budget pour les vacances, les voyages et les sorties qui serait le premier modéré (voire supprimé) en sacrifice pour l’achat d’une propriété (38% de la gent masculine, 33% des femmes).

Puis arrive une révision du budget « Vêtements et accessoires » : 29% des femmes seraient prêtes à faire des concessions contre 16% de leurs homologues masculins. Dans la même foulée, le budget cadeau serait sacrifié au profit d’une épargne pour accéder à une propriété (14% des femmes et 12% des hommes).

16% des hommes seraient prêts à revoir leurs dépenses en décoration, mobiliers et aménagement, contre 10% des femmes.

Accéder à la propriété quitte à déménager ?

Des sacrifices géographiques pour accéder plus facilement à la propriété, à ce dilemme 57% de femmes ont répondu affirmativement contre 49% des hommes. Il s’agit alors dans ce cas de valider des sacrifices pour un changement de département, voire de région.

Le baromètre du site de recherche immobilière Bien ‘ici a mis le doigt sur une autre réalité : la disparité entre les régions de France pour les sacrifices.

Le chiffre le plus élevé, 34%, parvenant des habitants de l’Île-de-France, correspondant à la région dans laquelle les habitants sont les plus enclins à opérer des sacrifices.

Les régions Hauts-de-France, Normandie, Bretagne et Bourgogne Franche-Comté se situent dans les statistiques intermédiaires, à raison de 3% de la population motivée par des sacrifices pour accéder à la propriété.

En 2017, les Français estiment qu’il est trop difficile d’avoir sa propre maison (54% des hommes, 51% des femmes) avec une acquisition tardive, entre 45 et 54 ans.

Vous aimerez aussi...