147 millions de l’Anah pour la rénovation des copropriétés

Dans le cadre de son programme « Habiter mieux », l’Agence nationale de l’habitat (Anah) a mis en place une aide pour les copropriétés fragiles. Une aide qui pourra être cumulable avec d’autres aides publiques.

 

Une aide pouvant atteindre 5.250 euros par logement

Dénommée « Habiter mieux – Copropriété », l’aide de l’Anah pour les copropriétés fragiles – copropriétés ayant leur taux d’impayés oscillant entre 8 et 25 % – a été lancé le 1er mars dernier. Son objectif est le financement des travaux en vue de réduire la dépense énergétique des ménages d’au moins 35 % et de ne pas permettre la dégradation des immeubles que les occupants n’entretiennent plus, faute de moyens. Cette aide, ouverte à tout le monde sans condition de revenus, est destinée aux logements notamment habités par des propriétaires occupants et ayant été construits avant 2001. La classe énergétique de ces logements est comprise entre D (151 à 230 Kwh/an) et G (supérieur à 450 Kwh/an). La subvention peut atteindre 5.250 euros par logement, dont une une prime de Fart – Fonds d’aide à la rénovation thermique – d’un montant de 1500 euros.

 

30.000 logements de copropriété fragiles visés

Lorsqu’on effectue le point, 147 millions d’euros pourront être engagés dès cette année par l’Anah pour déclencher 435 millions d’euros de travaux. Ces travaux toucheront 30.000 logements sur un parc « fragile » dont le nombre d’appartements est estimé à 2,3 millions, dans 180.000 copropriétés. Cette subvention qui concerne le bâtiment en entier, est calculée par logement. Et selon le directeur général de l’ARC – Association des responsables de copropriété – Emile Hagège, « C’est là que le bât blesse… Les ménages sont prêts, lorsqu’ils le peuvent, à dépenser pour améliorer leur logement. En revanche lorsqu’il s’agit d’un investissement collectif dont le résultat est aléatoire et pas immédiatement visible, c’est autre chose ». Aussi, les copropriétaires se demandent bien si les travaux pourront vraiment aboutir à une économie d’énergie de 35 %. Les syndics présenteront une autre mesure lors des assemblées générales qui vont bientôt s’ouvrir.

Vous aimerez aussi...