Paris : des hébergements d’urgence pour faire face à la vague de froid

Avec l’annonce d’une vague de froid imminente, en plus des dispositifs d’hébergement hivernal qui existent déjà, sept lieux municipaux supplémentaires ont été mobilisés par la mairie de Paris. Néanmoins, ces mesures sont insuffisantes selon Ivan Mouton de l’association ActionFroid.

 

259 nouvelles places créées

Face à cette menace de vague de froid, 259 places ont été nouvellement créées afin de répondre à la forte demande. Voilà pourquoi dans la capitale française, une salle de la mairie du 4e arrondissement et un gymnase du 15e arrondissement ont été ouverts aux personnes sans-abri. Ce qui porte à sept le nombre de lieux municipaux supplémentaires réquisitionnés pour l’hébergement hivernal d’urgence.

Avec ces nouveaux espaces d’hébergement, 128 000 places sont alors disponibles au total. A noter qu’au début du mandat de François Hollande, ce chiffre était de 80 000 seulement. Dans un communiqué, Matignon a annoncé que « ces mesures visent en priorité à ouvrir des places temporaires exceptionnelles, au-delà des places hivernales déjà ouvertes ». Mesures qui tombent bien en prévision des basses températures annoncées cette semaine.

 

Des mesures qui ne font pas l’unanimité

« L’Etat a fait passer son budget de 1,5 à 1,7 milliard d’euros en 2017 » a annoncé Emmanuelle Cosse, la ministre du logement. Cependant, malgré tout cela, les associations ne partagent pas le même engouement. En effet, Ivan Mouton, le porte-parole de l’association ActionFroid, a dit à L’Express que « Les pouvoirs publics ouvrent de nouvelles places en fonction du plongeon du mercure, mais peuvent ne pas bouger pendant trois semaines autour de 0°C. Les associations sont usées », tout en qualifiant ces mesures somme étant une « politique du thermomètre ».

Habituées à venir en aide aux sans domicile fixe en période de grand froid, ces associations estiment que ces 259 nouvelles places sont « dérisoires » au regard du phénomène. En 2012, selon l’Insee, il y avait 28 800 sans-abri dans Paris et ses alentours. De ce fait, Ivan Mouton a dénoncé que « Les plans ‘Grand froid’ des municipalités sont des plans de com' ».

Vous aimerez aussi...