La Bourse de Paris chute avec Marine Le Pen

Après sa victoire de l’entre-deux-tours, la bourse de Paris avait  baissé avec le pourcentage de votes de Marine le Pen. Après une certaine progression, les derniers chiffres recensés indiquent pourtant -0.91% malgré la victoire du candidat du mouvement en marche : Emmanuel Macron.

 

Une victoire pour une défaite

Un moment toujours attendu, la victoire du nouveau président et  les secteurs qui sont les plus déstabilisés, sont les points de repère des plus grands observateurs. Sans surprise pour la plupart, de nombreux acteurs n’ont pas caché leurs impressions face à ce nouveau gouvernement.

En effet, le secteur de l’immobilier est un des points les plus analysés après le résultat des votes. Pour le cas d’Emmanuel Macron, le bilan est très attendu par les partisans. Sur le marché de l’immobilier, le renforcement de la baisse des rendements obligataires par le biais de ce résultat au vote, risque alors de renforcer les avantages de la valeur immobilière.

De son côté, la bourse de Paris baisse avec l’accès au gouvernement d’Emmanuel Macron. Parti en accord avec l’existence de l’Union Européenne et de l’espace Schengen, certains pays comme Londres, en tête du Brexit, voit pourtant leur chiffre en légère croissance. La relation entre le Brexit et l’Union Européenne n’ayant pas été évoqué sur ce point, des enquêtes laissent alors entendre que pour cette hausse, Londre la doit au compartiment immobilier avec un pourcentage significatif de plus de 2.93% pour Intu Land Properties.

L’optimisme est au rendez-vous

En restant toujours dans le territoire de la grande ville du Royaume Uni, Land Securities Group affiche une hausse de 2,8%, Derwent London 2,14% et Capital & Counties 1,79%. De son côté la France , avec Unibail Rodamco note une croissance de 1.8%. Pour rappel, Unibail Rodamco est l’un des premiers groupes européens dans le secteur de l’immobilier commercial et dont la spécificité se démarque au niveau des Centres Commerciaux des grandes villes, mais aussi au niveau de son portefeuille estimé à €40,5 milliards au 31 décembre 2016.

Dans tous les cas, l’analyste de la Société Générale Marc Mozzi, reste optimiste sur cette élection qui selon lui, contribue à la croissance des taux d’intérêts dans de nombreux secteurs.

Vous aimerez aussi...