Harcèlement au sein du FN : Marine Le Pen renverse la situation

Marine Le Pen rejette l’accusation

Suite à la propagation des hashtag #Balancetonporc et #MoiAussi sur les réseaux sociaux, il parait que des femmes sont aussi traitées de façon ignoble au sein du Front national. Lors d’une interview sur France 3, Marine Le Pen a affirmé être contente de la situation existante concernant les femmes. Par contre, elle a annoncé qu’à l’heure actuelle, ce sont les journalistes et les éditorialistes qui sont devenus les juges.

Le Monde a ouvert une enquête qui dénonce des harcèlements au sein du FN. Des gestes inappropriés sont réalisés pour essayer de limiter, voire supprimer les voix des femmes dans la direction du FN. Ce dimanche 5 novembre, Marine Le Pen a rejeté l’inculpation. Par la suite, elle a déposé plainte en estimant que c’est une opération de déstabilisation politique.

Des harcèlements au sein du FN

Selon Le Monde, une collaboratrice du groupe FN a dénoncé des insultes et des menaces de la part d’Axel Loustau. Celui-ci est l’homme de confiance de Le Pen et une importante personne pour le groupe. Il aurait proféré des menaces envers elle et à la famille de la collaboratrice. En fin de compte, elle a fini par démissionner en juillet 2016.

Le 6 juillet 2017, Aurélie Cournet a accusé son ex-amant, Pierre-Charles Cherrier de violence, selon Le Monde. En effet, un désaccord entre le couple pendant une séance plénière a engendré une frappe de la part de l’homme. Suite à cela, la femme a réclamé une sanction en vain.

Marine Le Pen décide de contrattaquer Le Monde

Ce 5 novembre, dans l’émission Dimanche en Politique, la fille de Jean-Marie Le Pen qualifie de déshonorables les textes publiés par Le Monde. Elle reconnait les faits, par contre, elle a précisé que les deux affaires concernent des couples. Elle affirme aussi qu’après des actions qualifiables au pénal, le groupe conseille aux victimes d’attaquer en justice. Elle rajoute que le président du Front national a accompagné la jeune femme pour déposer sa plainte auprès du commissariat de police afin de prouver la bonne foi du groupe.

Marine Le Pen a estimé qu’il ne faut pas juger quelqu’un pour des raisons politiques, comme Le Monde l’a fait. Mais selon elle, Le Monde porte ces accusations pour essayer de garder l’image de Pierre Bergé. Ce dernier était le propriétaire du Monde. Dans un livre « Saint Laurent et moi : une histoire intime », Pierre Bergé est accusé d’avoir autorisé des actes de pédophilie. Marine Le Pen a affirmé, ensuite, que les journalistes ont tendance à répliquer à chaque fois qu’ils sont touchés.

Vous aimerez aussi...