Carlos Ghosn au milieu d’une grosse polémique à propos de ses stock-options

132 720 exercées pour un bénéfice de 6,35 millions d’euros,  Carlos Ghosn s’offre un noël pas comme les autres mais devra surfer sur d’énormes vagues de critique ; bien qu’on doute que celles-ci ne changent quelque chose.

Un investissement qui choque

L’information de Benoît Boussemart place le grand patron de Renault sous le feu des critiques. Carlos Ghosn a acheté 132 720 actions de son entreprise à un montant prédéfini de 37,43 euros par action et pourra les revendre désormais à un prix unitaire de 85,8 euros. Lorsqu’on fait son petit calcul, on se rend compte que le PDG fera un profit de plus de six millions d’euros sur ces actions nouvellement acquises. Un coup discret qui bien qu’ayant rien d’illégal a suscité la réaction de plusieurs acteurs politiques et sociaux déclenchant une polémique nationale.    

Une vague de réaction contre Carlos Ghosn

Sur LCI, Karine Berger n’as pas caché ses impressions. La députée socialiste a déclarée que  « M. Ghosn se rémunère sur des efforts de salaires et de temps de travail de ses propres salariés, et c’est inacceptable ». Même sentiment de déception chez  son collègue de parti Yann Galut qui twitte « Les 6 millions d’Euros que Carlos #Ghosn envisage de s’attribuer comme plus-value sont indécents et montrent l’obligation de légiférer. #équité ». De son  côté l’écologiste  François de Rugy a déployé un acte « …très choquant, parce que ça fait une échelle des salaires complètement délirante au sein du groupe Renault.»  Une réaction que partage le secrétaire du mouvement « En Marche ! » Richard Ferrand qui juge « ces choses manifestement légales et en même temps choquantes ».

Sans surprise, la CGT s’est montrée plus sévères en dénonçant dans un communiqué le « cynisme exacerbé » et la « rémunération indécente » du grand patron de Renault. De plus la centrale explique que le groupe n’a pu donner d’emploi qu’à 3000 personnes contre 9200 départs depuis 2013.

Vous aimerez aussi...