L’enquête sur la vente de bébés a conduit à des arrestations en Malaisie

Une femme et deux hommes ont été arrêtés mercredi après que la police ait mené des perquisitions dans des cliniques et des foyers à la périphérie de Kuala Lumpur.

Kuala Lumpur, Malaysie – La police malaisienne a arrêté trois personnes pour avoir vendu des bébés à la suite d’une enquête menée par Al Jazeera sur le commerce clandestin du trafic de bébés dans le pays.

La femme qui a été arrêtée a été montrée dans le programme 101 East d’Al Jazeera en train d’essayer de vendre un bébé à des journalistes sous couverture.
Le fils de la femme et un assistant médical qui travaille dans une clinique privée ont également été arrêtés, selon le commissaire adjoint principal, Rohaimi Md Isa, du Département d’enquête criminelle de la police malaisienne royale.

Al-Jazira a déclaré que la police prévoyait de les inculper en vertu de la loi sur la lutte contre la traite des personnes et la lutte contre la contrebande de migrants.
« L’opération est toujours en cours », selon Al-Jazira, ajoutant que la police espérait arrêter plus de personnes impliquées dans la vente de bébés.
L’enquête exclusive d’Al Jazeera, qui a été diffusée la semaine dernière, a révélé que les trafiquants et les médecins profitaient du commerce illégal de bébés en Malaisie, où le prix d’un bébé peut aller d’environ 400 $ à 7 500 $.
La femme, qui a été arrêtée mercredi, a déclaré aux journalistes sous couverture qu’elle accueillait 78 femmes indonésiennes enceintes à divers endroits à travers la Malaisie.
Appelée elle-même « Bonda », ou mère en malais, la femme a envoyé un catalogue photo de femmes enceintes pour permettre aux acheteurs potentiels de faire un choix.
Elle a offert de vendre un bébé pour 1 500 $.
« Bonda » garantit que les mères de naissance n’essaient pas de trouver leurs bébés une fois qu’ils ont été vendus.
« J’ai vendu plus de 1 000 indonésiens sans problème », a-t-elle déclaré. «Ils ne demandent jamais où vont leurs enfants après les avoir abandonnés».
Al Jazeera a constaté que ceux qui achètent des bébés en Malaisie sont souvent des couples sans enfants désespérés de pouvoir fonder une famille et frustrés par les procédures officielles d’adoption du pays. Mais les activistes disent que certains bébés se retrouvent dans les mains de syndicats qui forcent les enfants à mendier ou à les marient pour les pédophiles.

Vous aimerez aussi...