Démission d’un autre dirigeant d’Uber

L’entreprise Uber continue de faire parler d’elle. Une semaine après l’annonce du départ de sa directrice de la communication, le vice-président chargé des programmes de véhicules au niveau mondial démissionne à son tour.

La réputation du groupe a été sévèrement entachée ces dernières semaines à cause d’une vidéo montrant Travis Kalanick, directeur général du groupe, en train de réprimander sévèrement un chauffeur Uber qui s’est plaint de la baisse de sa rémunération ou encore à cause d’une accusation pour harcèlement sexuel par une ancienne salariée.

Le géant américain des services de VTC (voitures de tourisme avec chauffeur), Uber Technologies, a annoncé la démission de son vice-président chargé des programmes de véhicules au niveau mondial. De hauts responsables continuent ainsi de quitter l’entreprise. Sherif Marakby, le vice-président en question ainsi que le groupe n’ont donné aucune explication sur les raisons de ce départ.

Après avoir été dirigeant chez Ford, Sherif Marakby est arrivé chez Uber il y a un an. Il a notamment contribué au développement du programme de véhicule autonome du groupe. Sherif Marakby a déclaré dans un communiqué que la conduite autonome est l’un des défis les plus intéressants qu’il a rencontrés tout au long de sa carrière. En ajoutant qu’il est reconnaissant d’avoir pu apporter sa contribution dans « ce qui sera bientôt un avenir plus sûr pour tout le monde ».

La semaine dernière, le départ de la directrice de la communication d’Uber, Rachel Whetstone, a été annoncé, quelques semaines après que deux autres hauts responsables ont quitté l’entreprise.

La branche voiture autonome d’Alphabet (maison-mère de Google) poursuit également en justice Uber, l’accusant d’avoir volé des plans de la technologie pour voiture autonome, Lidar. Des accusations récusées par le groupe.

La société a annoncé vendredi avoir généré un chiffre d’affaires de 6,5 milliards de dollars (6,1 milliards d’euros) l’année dernière. Ses réservations brutes ont également doublé (20 milliards). Mais Uber reste dans le rouge. La société a enregistré une perte nette de 2,8 milliards de dollars l’an dernier (hors la cession de ses activités en Chine en 2016).

Vous aimerez aussi...