Budget 2018 : qui sont les gagnants et les perdants du projet de loi de Finances ?

Mercredi 27 septembre, le gouvernement dévoile son projet de loi de Finances 2018. Baisse des impôts, réduction des dépenses, le gouvernement Macron continue de prôner son idée d’économies budgétaires. Quel secteur bénéficiera des mesures prises et quel autre en sortira perdant ?

15 milliards d’économies pour 2018 : comment cette mesure va-t-elle s’opérer ?

Resté fidèle à son principe, le gouvernement Macron continue de mener ses actions pour réduire les dépenses publiques, avec comme objectif 2,6% de déficit public.

Si une réduction de 10 milliards d’euros l’année a été prévue, seulement 7 milliards d’euros se fait observer au niveau des impôts.

En allégeant les impôts, chaque ministère est amené à contribuer pour concrétiser cette politique d’économies budgétaires.

Deux ministères sont principalement concernés par ces mesures d’économie : d’une part, le ministère du Travail, et d’autre part, le ministère de la Cohésion des territoires.

Pour le premier, l’économie se concrétisera par la diminution du nombre de nouveaux contrats aidés. Les contrats aidés se trouveront au nombre de 200 000 pour l’année prochaine. Avec cette réduction, ce ministère fera bénéficier de 1,5 milliard d’euros d’économies à l’Etat.

Une réduction de 1,7 milliard d’euros se fera également au niveau du ministère de la Cohésion des territoires. Une réduction qui s’appliquera au niveau des aides au logement.

Ces politiques d’économie ne touchent toutefois pas tous les ministères. Le cas contraire se présente même au niveau du ministère de l’Éducation en bénéficiant d’une augmentation de 1,3 milliard d’euros pour son budget. Même chose pour le ministère de l’Agriculture avec 400 millions d’euros en plus pour son budget de 2018. Une hausse de 500 millions d’euros pour la Transition écologique et 700 millions d’euros pour la Recherche.

Deux points sont revus pour le ministère de la Défense : une hausse de 1,8 milliard d’euros pour le budget et 518 postes de plus. Ces nouveaux postes se trouveront principalement au niveau de la cyberdéfense et du renseignement.

En tout, l’Etat prévoit une économie de 15 milliards, dont les 7 milliards à sa charge. Et pour l’atteindre, quelque 295 postes seront également supprimés. Cette suppression touchera tous les ministères à l’exception de la Justice, l’Intérieur et la Défense.
Pour certains, les mesures prises sont drastiques. Le gouvernement Macron devrait donc s’attendre aux grognes des collectivités et de la partie de la population touchées par ces vagues de réduction budgétaire.

Vous aimerez aussi...